Accueil

Quelques photos

Notre maillot

Maillot VSD 2018

A l'affiche

Nos partenaires

Axel.jpgCAgricole.jpegCaradecPremel.jpgCultureVelo.pngLeGad-Trans.pngLeclerc-300x150.jpgkerzill.jpglogo-le-saint.png
IMPORTANT
: Les licences 2019 sont à télécharger sur le site dans la rubrique documents. A remplir et à remettre rapidement, notament pour ceux qui font la saison cyclo cross.    Information de la FFCToute personne n'ayant pas renouvelé sa licence 2019 au 31 Décembre 2018 devra fournir un nouveau certificat médical! En effet il y aura rupture de la continuité de la licence, donc de la validité du certificat médical.Pensez donc rapidement à votre renouvellement de licence!

Mondiaux de paracyclisme. Katell Alençon, la pionnière
Publié le 05 avril 2018

KATELL
Pour cette première sélection sur piste, Katell Alençon est satisfaite de ces premiers mondiaux paralympiques à Rio. Place désormais à la route, au sein de l'équipe Cofidis.
Pour cette première sélection sur piste, Katell Alençon est satisfaite de ces premiers mondiaux paralympiques à Rio. Place désormais à la route, au sein de l'équipe Cofidis.
La Drennecoise Katell Alençon a participé, avec l'équipe de France, fin mars, aux Mondiaux de paracyclisme sur piste à Rio. Un retour au Brésil, deux ans après les Jeux, d'où l'unique femme à ce niveau en bleu revient satisfaite de ses performances.
Seule Française en équipe de France paralympique, piste et route compris, Katell Alençon - amputée au niveau du tibia en 2011 suite à une entorse de la cheville qui avait dégénéré - croque dans sa vie sportive. Dotée d'un beau tempérament, la jeune femme du Drennec (31 ans), « très bien entourée en bleu » est revenue rassurée de ses Mondiaux brésiliens sur piste, à Rio.
Bilan positif
« C'était ma première sélection sur la piste. Sur la route, j'en suis déjà à ma troisième année en bleu. A Rio, j'ai amélioré mes temps sur les deux épreuves par rapport aux "France". D'une seconde et demie sur le 500 m (en 42''134) en terminant seulement à sept dixièmes du podium. Sur la poursuite, je suis plus loin du top mondial, mais sans avoir beaucoup travaillé la discipline. Mon temps est tout de même inférieur de cinq secondes par rapport aux "France", là aussi. Au final, ce sont donc des Mondiaux satisfaisants ». En ce début 2018, Katell a participé à deux stages en équipe de France. Une sélection où elle est l'unique athlète féminine. En attendant du « renfort » ? « Oui, pour l'instant je suis la seule féminine, en espérant que ça bouge. Mais ça se passe très bien. Il y a d'autres filles qui arrivent, mais elles ont encore du travail pour arriver dans les temps des sélections. A deux, voire trois, idéalement, ce serait vraiment super. Et motivant ! »
Cofidis, la seule...La Drennécoise va maintenant se tourner vers la route, au sein de l'équipe Cofidis, qui a, c'est à souligner, depuis plusieurs années ouvert sa porte au cyclisme handisport. « C'est ma deuxième année chez eux. Là, je pars en stage d'une semaine à Cannes. Cette collaboration a changé beaucoup de choses pour ma carrière, car trouver des sponsors en handisport, ce n'est pas évident ». L'équipe pro, exemple unique en France, met ainsi à sa disposition « de belles conditions tant matérielles qu'au niveau de l'encadrement. C'est vraiment bien ce qu'ils font ». Equipe de France ou Cofidis, Katell Alençon reste attaché à ses racines. Toujours licenciée au Drennec, là où elle a débuté le vélo. « J'encadre les jeunes de l'école de cyclisme et les minimes, avec Christian Le Bail, au mieux de mon emploi du temps. C'est un plaisir. » Et une leçon de détermination offerte aux jeunes pousses de ce coin du Léon, belle terre de vélo.